Quels poissons sont sans danger pour les enfants ?

Vous aimez l’idée de nourrir les poissons de votre famille, mais vous vous inquiétez du mercure ? Voici les meilleurs (et les pires) choix.

C’est naturel de se sentir un peu mal à l’aise avec le poisson. D’un côté, vous savez que c’est super nutritif. D’autre part, la pensée effrayante de la contamination par le mercure suffit à vous faire peur.

La FDA et l’EPA ont publié il y a deux ans des conseils actualisés sur le poisson, classant plus de 60 sortes différentes en “Meilleurs choix”, “Bons choix” et “Poissons à éviter” en fonction de la quantité de mercure que contient le poisson.

Mais le Center for Science in the Public Interest affirme que ces lignes directrices ne vont pas assez loin pour protéger les consommateurs. Ils viennent de publier leurs propres listes de poissons sûrs (et dangereux) pour les femmes enceintes et allaitantes, les femmes qui pourraient devenir enceintes et les enfants. Ils ont également demandé à la FDA de mettre à jour leurs recommandations sur la base des données scientifiques actuelles.

Quelles variétés de poissons sont sécuritaires ?

Le fait est que la plupart des poissons contiennent une certaine quantité de méthylmercure, une forme de mercure qui peut être toxique pour le cerveau en grandes quantités. Les très gros poissons qui vivent longtemps ont tendance à être les plus contaminés, c’est pourquoi la FDA distingue les carpes du Golfe du Mexique, le requin, l’espadon et le maquereau royal comme étant ceux que vous devriez éviter complètement pour votre famille. Le CSPI ajoute encore plus de variétés à la liste des ” poissons à éviter “, y compris le bar, le flétan et le mérou.

Mais d’autres variétés contiennent des quantités beaucoup plus faibles de mercure – dans certains cas, à l’état de traces – et sont sans danger, même pour les jeunes enfants et les femmes enceintes. Ce sont quelques-uns des poissons et fruits de mer qui figurent en tête de liste des bons choix à faible teneur en mercure de la FDA et du CSPI :

  • Pétoncles
  • Crevette
  • Tilapia
  • Huîtres
  • Moules
  • Silure
  • Sardines
  • Palourdes
  • Saumon

Combien, c’est d’accord ?

La FDA dit que pour obtenir les bienfaits pour la santé, les enfants devraient manger du poisson 2 à 3 fois par semaine – mais leurs portions devraient évidemment être plus petites que pour les adultes. Voici à quoi ressemble une portion appropriée :

  • Enfants de moins de 6 ans : environ 3-5 onces par semaine
  • Enfants de 6 à 8 ans : environ 4 à 6 onces par semaine
  • Enfants à partir de 9 ans : Les portions augmentent à mesure que les besoins caloriques augmentent, jusqu’à 8-12 onces par semaine (la quantité recommandée pour les adultes).

Gardez à l’esprit que ce conseil est différent pour les poissons que vous ou d’autres personnes attrapez dans les rivières, les ruisseaux et les lacs. Dans ces cas, limitez-le à 1-2 onces par semaine pour les enfants de moins de six ans et 2-3 onces pour les enfants plus âgés (et ne servez pas d’autres poissons cette semaine-là).

Et le thon ?

Le thon en conserve et en sachet est un choix populaire pour les familles parce qu’il est pratique et abordable. Le thon pâle et le germon contiennent tous deux des quantités de mercure plus élevées que les variétés énumérées ci-dessus. L’avis de la FDA est que le thon pâle, qui contient moins de germon que le germon, peut être consommé sans danger, mais que vous devriez aussi servir d’autres variétés de poissons à faible teneur en mercure. Ils conseillent aux enfants qui choisissent le germon de consommer la moitié des portions recommandées ci-dessus (par exemple, pas plus de 2 à 3 onces par semaine pour les enfants de 6 à 8 ans).

Le CSPI adopte une approche plus prudente. Ils conseillent de ne pas manger de thon pâle plus d’une fois par mois (les mêmes conseils qu’ils donnent pour la morue, la plie, l’aiglefin, le calmar, la perche et le homard). Ils recommandent d’éviter le thon blanc.

Pourquoi le poisson en vaut-il la peine ?

Le poisson contient beaucoup de protéines, de fer et de minéraux de haute qualité. Certaines variétés contiennent des acides gras oméga-3, qui sont bons pour la santé cardiaque et le développement du cerveau. Le CSPI considère ces poissons comme de bonnes sources d’oméga-3 : crevettes, moules, sardines, palourdes, saumon, goberge, anchois et hareng. Certains poissons (comme le saumon) contiennent même de la vitamine D, qui peut être difficile à trouver dans la nourriture.

Conclusion

Il ne fait aucun doute que le poisson contient les nutriments dont vos enfants ont besoin, comme le fer, les protéines et les acides gras oméga-3. Varier les types de poissons que vous servez est la meilleure façon d’obtenir les bienfaits pour la santé et d’éviter une trop grande quantité d’un contaminant en particulier. Bonus : Cette approche aidera aussi à élargir le palais de votre enfant. Si vos enfants adorent le thon, n’oubliez pas que certaines marques (comme Wild Planet) utilisent du thon plus petit et vérifiez les niveaux de mercure.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.